Pourquoi la coupe menstruelle ne convient pas à tout le monde

large

À chaque fois qu’on aborde le sujet des protections hygiéniques classiques, que ce soit pour parler du Syndrome du Choc Toxique ou de la présence de désherbant, on doit toujours faire face aux mêmes réactions de la part des adeptes de la coupe menstruelle. On croule sous les « Et vive la cup ! » et autres « Vous n’avez qu’à passer à la cup ;)) », qui, s’ils sont bardés de bonnes intentions, n’en restent pas moins des commentaires agaçants pour certaines personnes.

En effet, si la coupe menstruelle reste une excellente solution pour les personnes qui y trouvent leur bonheur, il ne faut pas oublier que tous les vagins ne se ressemblent pas et que plusieurs paramètres peuvent entrer en ligne de compte lorsqu’il s’agit de choisir les protections hygiéniques les plus adaptées – et la cup peut rater certains examens d’entrée assez facilement.Par exemple :

1. En cas de problèmes de santé : Certaines conditions médicales peuvent pousser un-e gynéco à déconseiller à ses patients l’utilisation d’une coupe menstruelle. Quand le vagin est fragilisé, qu’il est sujet aux infections à répétition ou qu’il présente quelques lésions, par exemple, il vaut mieux éviter d’y insérer quoi que ce soit pour une durée prolongée (donc en dehors des activités sexuelles, mieux vaut le laisser respirer). Idem dans les cas de dyspareunie et de vaginisme, notamment.

2. En fonction du train de vie de la personne : Porter une coupe menstruelle, ça implique de devoir la vider et la nettoyer avant de la réinsérer, plusieurs fois par jour. Sauf que tout le monde ne travaille pas à proximité d’un lavabo et de toilettes offrant le confort et l’intimité dont on a besoin pour ces activités, et on ne peut donc pas toujours éviter l’utilisation de produits jetables, pour des questions d’accessibilité.

3. Selon les flux et les vagins : Si vous avez un flux léger et qu’en plus vous avez la chance d’avoir un vagin sensible, l’insertion et le retrait de la coupe risquent d’être assez douloureux. Il existe différentes formes et matières censées s’adapter à ces critères, mais on ne trouve pas toujours son bonheur (et ça fout un peu les boules de devoir se la jouer cendrillon de la coupe menstruelle pour trouver la bonne, parce que ça demande un budget, et qu’on peut difficilement revendre celle dont on ne se sert plus sur Le Bon Coin).

4. Selon le rapport au corps : J’encouragerai toujours les personnes réglées à se rapprocher de leur corps, de leurs règles, de chercher à briser les tabous et à se défaire de la honte qui entoure encore trop souvent cette fonction corporelle pourtant si naturelle. Mais tout le monde ne part pas du même niveau, et nous n’avons pas tous-tes la chance de vivre dans des milieux qui facilitent ce processus. Du coup, il faut aussi savoir respecter le choix d’une personne qui n’arrive pas encore à se faire à l’idée de se retrouver en contact rapproché avec son sang menstruel tous les mois – ça demande du temps, il y a quelques étapes à franchir avant d’en arriver là, et plusieurs facteurs entrent en ligne de compte lorsqu’il s’agit d’entamer ce cheminement. L’important, c’est que ces personnes sachent qu’il existe une autre solution et qu’elles puissent entendre ce qui se fait de l’autre côté, histoire de pouvoir faire le choix de rejoindre ou non le camp des adeptes de la coupe.

5. En fonction de la méthode de contraception : Bien que rien ne permette encore de prouver totalement cette corrélation, il est possible que les risques d’expulsions d’un DIU soient augmentés avec l’utilisation de la coupe menstruelle. Ce n’est pas un automatisme, ça n’arrive pas toutes les semaines, et il existe d’autres relations de cause à effet concernant l’expulsion spontanée d’un DIU (notamment les contractions menstruelles, par exemple), mais c’est une possibilité. N’hésitez pas à vous renseigner et à demander conseil aux spécialistes si vous avez un doute, et que cela ne vous fasse pas faire des cauchemars, mais il est possible que les personnes qui portent un DIU préfèrent ne pas titiller la bête.

6. Selon les conditions d’hygiène : Tout le monde n’a pas encore accès à des conditions d’hygiène impeccables dans le monde, on le sait. Ça concerne les pays en voie de développement, par exemple, mais aussi le ou la SDF qui vit au coin de votre rue ou les habitants de l’immeuble vétuste d’à côté qui partagent tous les mêmes chiottes insalubres. Aller faire bouillir, vider et rincer sa cup dans ces conditions, ça risque d’être sportif. Il ne faut pas oublier que nous ne bénéficions pas tous-tes des mêmes avantages dans la vie et que ce n’est pas parce que vous jouissez d’un privilège qui vous semble parfaitement normal que c’est le cas de tout le monde.

Et il y a sûrement d’autres raisons dont j’ignore moi-même l’existence et que je n’ai pas citées ici (n’hésitez pas à compléter cette liste dans les commentaires !).

Il est évident qu’à côté de ça, la coupe menstruelle vient avec une sacrée brouette d’avantages et qu’il est effectivement recommandé d’essayer si on peut se le permettre (et de s’armer de patience parce que la prise en main demande un petit temps d’adaptation qui varie selon les personnes). Et c’est une très bonne chose de communiquer sur le sujet afin de propager la bonne parole et de faire en sorte que tout le monde parte avec le même choix d’arsenal. Ce qui est plus relou, en revanche, c’est quand on brandit l’étendard de la coupe menstruelle à la moindre occasion en ignorant totalement les différents facteurs qui peuvent pousser quelqu’un-e à tourner le dos à cet objet.

Ça peut devenir usant (et parfois blessant) de se faire renvoyer systématiquement dans ses filets quand on parle de serviettes et de tampons et qu’on nous renvoie sans cesse vers la cup. D’autant que ce n’est pas une raison pour ignorer totalement les aberrations qui existent dans l’industrie des produits d’hygiène et que ce n’est pas parce qu’une solution qu’on considère plus adaptée existe qu’on doit complètement oublier l’existence d’autres possibilités. On a aussi le droit de se battre pour que les protections hygiéniques soient TOUTES confectionnées avec soin et se présentent comme des alliées dans notre vie quotidienne et non des menaces.

Publicités

70 réflexions sur “Pourquoi la coupe menstruelle ne convient pas à tout le monde

  1. Excellent article ! Dans les points oubliés, il y a le problème des personnes invalides, limitées dans leurs mouvements ou dans leur agilité, que ce soit pour mettre et enlever la cup. Il y a par exemple les personnes ayant le dos raide ou un autre problème du même type, après un accident de la route ou à cause d’une maladie. Il y a les personnes très obèses dont le ventre peut parfois gêner l’accès des mains ou le limiter assez pour que l’insertion (ne parlons même pas du retrait) soit ingérable. il y a les personnes qui arrivent à mettre la cup tant bien que mal du bout des doigts mais qui parviennent très mal à l’enlever, dans des séances de contorsions longues, humiliantes et pénibles (et non, je ne parle pas des deux ou trois premières fois mais chaque fois :/).

    En gros mettre une cup nécessite d’être à la fois valide et souple, ce qui n’est vraiment pas donné à toutes les femmes non plus. J’imagine que j’oublie moi aussi d’autres raisons :/…

    Aimé par 1 personne

    • Souffrant d’un problème médical m’ayant laissé hémiplégique et avec des séquelles nerveuses à la main valide, j’apprécie ce commentaire, et le plussoie de toutes mes forces. Insérer une cup avec une seule main, tremblante et pas précise: not an option! 😉
      Très bon article au demeurant.

      J'aime

    • Oui et il y’ aussi la sensibilité naturelle tout simplement;Je suis hypersensible et j’ai des malaises dès que je vois du sang alors m’insérer une cup dans le vagin et devoir la retirer et la laver plusieurs fois par jour me donne des hauts le coeur rien que d’y penser..j’ai en plus des fibromes et eu des douleurs quelquefois a la pénétration sexuelle alors supporter une coupe en silicone dans le vagin pendant des heures non merci et mes régles sont hémorragiques au début.tant pis si je passe pour une rétrograde mais je préfère de loin les serviettes ou linges si il n’avait pas d’autre choix mais pas question d’avoir une coupe dans le ventre.Et puis comme j’ai des douleurs a l’utérus pendant les régles je pense que ca doit pas les arranger et les favoriser ainsi que la descente d’organes a long terme..Bref cette coupe fait pas la panacée..J’ai 44 ans et ai toujours utilisé des serviettes ou tampons,mes soeurs aussi ma mère aussi..

      Aimé par 1 personne

    • J’adorais la cup. Puis ma cup m’a agravé (donné ?) des cystites chroniques. Au début tout allait bien mais ensuite j’ai commencé à ne plus pouvoir uriner en portant ma cup, puis j’ai eu des infections chroniques (tous les mois). La cup comprimait trop la zone, qui restait contractée, puis s »irritait tout le temps et donc devenait propice aux infections, je ne pouvais même plus avoir de rapport tellement j’avais mal. J’ai fait tout internet pour trouver les modèles les plus petits et les plus souples mais même résultat. J’ai tout arrêté. Ça m’a pris 6 mois – 1 an pour que ma vessie se répare complètement… maintenant j’utilise de la lingerie menstruelle et je vais mieux 😀

      J'aime

    • Bon, même si il y à déjà plein de commentaire et que personne ne le verra…
      Problème pourtant évident : la cup est aussi un problème pour les gens ayant des secheresse vaginal, qui peut notamment être lié à la consommation excessive de cannabis. C’est personnellement mon cas, ainsi qu’un flux très légers dus à un implant contraceptif.

      Bref, impossible de mettre un cup, j’opte pour le « free instinct flow » couplé d’une serviette tissu au cas ou. 🙂

      J'aime

  2. C’est vrai qu’elle n’est pas la solution à tout loin de là! Cependant pour nuancer un point : il n’est que très rarement nécessaire de la nettoyer plusieurs fois dans la journée. En effet, même avec un flux très abondant et un rythme de vie infernal, elle peut tenir 10 bonnes heures voire plus, avec un protège slip pour se rassurer si besoin. Mais bien sûr effectivement il faut pouvoir trouver celle qui convient et ne subir aucun des autres inconvénients. Merci d’avoir souligné ce point btw!

    J'aime

      • Oh oui, c’est bien simple : lors du premier jour de mes règles, je perds en moyenne 25mL en 4 heures. Alors la garder dix heures ben… Juste impossible !

        J'aime

      • Peu importe l’abondance de votre flux, aucun tampon ne peut (théoriquement!) absorber plus de 15ml de liquide….. Et en faisant un peu de recherche on trouve des cups qui contiennent de 30 à 42ml de fluide : Super Jennie, LuvUrBody et XL Meluna par exemple. Et cela sans absorber les autres fluides naturellement présents sur les parois vaginales! Donc msurtout avec un flux abondant, vous gagnerez du temps. Et à l’inverse, j’ai un flux très léger et la xup est beaucoup moins irritante car plus de sécheresse due aux tampons.

        J'aime

    • En cas de flux très abondant, on ne risque pas de tenir 10h ! 😉 Je tenais 2h maxi les 3 premiers jours…D’où un souvenir cuisant de nettoyage de cup dans des wc de salle de concert, sans lavabo à l’intérieur….

      J'aime

  3. Outre le fait qu’il faille s’habituer à la mettre et à l’enlever, j’ai rencontré pour ma part des problèmes de fuites. Il m’est impossible d’utiliser la cup pendant la nuit car elle fuit systématiquement et je dois la vider en journée plus qu’une fois toute les 10h!

    Je pense qu’en effet il faut faire attention à sa morphologie, c’est un produit qui ne s’adapte malheureusement pas à tout le monde…

    J'aime

  4. J’aurais ajouté que certaines femmes ne supportent tout simplement pas l’insertion de quoi que ce soit dans leur vagin pendant les règles. Pour ma part, je n’ai jamais pu mettre de tampon, la douleur et l’inconfort sont insupportables, alors un objet encore plus large, même pas la peine d’y penser. Je ne trouve pas ça non plus tellement pratique au niveau du retrait. Enfin, certaines femmes sont tout simplement dégoûtées par le sang, il n’y a aucun mal à ça, et peuvent ne pas avoir envie de se coltiner les opérations de vidage et de rinçage. Je comprends mal l’espèce d’intolérance manifestée par la majorité des pro-cup… Il devrait être naturel de laisser le choix de leur protection aux femmes, pourquoi faire du forcing auprès de celles qui n’ont pas envie ?

    Aimé par 4 people

    • Bonjour LeiN, je suis journaliste et prépare un article sur le sujet. Votre témoignage m’intéresse. Pourrait-on se contacter afin d’en discuter? Je vous remercie par avance,
      Charline

      J'aime

      • Il s’agit d’un article sur les alternatives aux tampons et serviettes hygiéniques. J’aurais aimé recueillir le témoignage d’une femme ne parvenant pas forcément à utiliser la cup ou même les serviettes lavables car elle ne serait pas vraiment à l’aise avec son corps, ses règles, pas encore (ou pas du tout) prête à franchir le cap

        J'aime

    • Pour ma part, je viens d’acquérir une liberty cup taille 1. Pour info j’ai plus de 30 ans et j’ai un enfant.
      Moi qui ne supporte pas les tampons ni les serviettes hygiéniques, je me suis lancée dans cette nouvelle aventure!
      L’insertion s’est bien passée en revanche, c’était gênant, puis douloureux puis ça commençait à me démanger…
      Donc je l’ai retiré et j’en ai encore des douleurs!
      Donc effectivement ça ne convient pas à tout le monde. Et si on n’est pas satisfait, on n’est pas remboursé!
      Sincèrement je ne le conseille pas.

      J'aime

  5. MERCI pour cet article, enfin !
    On trouve des ôdes à la cup partout, et j’ai moi-même été séduite par cet objet révolutionaire, que je recommande vivement aux personnes à qui il convient. MAIS, pour certaines personnes la cup ne leur convient pas, et ne leur conviendra jamais.
    En économisant mes deniers j’ai pu m’acheter un modèle de cup, le plus petit trouvable dans ma ville (je ne voulais pas passer par internet pour ça), et je me suis sentie si forte une fois l’objet en ma possession ! J’ai réussi à le mettre correctement et puis, le drame… Impossible de l’enlever ! J’ai dû me rendre aux urgences gynécologiques pour ça, la gynéco a eu du mal elle-même mais a enfin fini par me libérer. J’ai tout simplement un vagin trop étroit pour accueillir une cup, aussi petit modèle soit-elle.
    Peut-être qu’un jour, SI j’ai un enfant, mon vagin se sera élargi et je pourrai utiliser la cup. Mais pour l’instant ça m’est impossible. Et je ne suis pas une mauvaise personne pour autant ! Oui j’en suis aux « vieilles » méthodes avec mes serviettes et mes tampons, mais mince, la cup ne convient pas à tout le monde ! J’attendais depuis longtemps un article sur ce sujet, et je vous remercie vivement pour ça, ça fait du bien. Merci.

    Aimé par 3 people

  6. coucou ! Vraiment génial cette article ! Personnellement je sais que je suis interdite de cup à cause de mon traitement ( anti-coagulant) et de mes problèmes sanguins è_é donc qu’on me renvoie à chaque fois à cela, ( je m’en rappelle sur ma page de dessins, quand j’avais protesté pour la taxe tampons) ma vraiment, MAIS VRAIMENT soulé xD Sachant que toutes les filles qui commentais attaqué direct, sans essayer de comprendre ect… Obligé d’écrire sur 20 commentaires que NON elle était pas adapter à toutes les femmes ! xD Donc vraiment merci pour cette article

    J'aime

  7. Moi je suis à peine capable de mettre le plus petit des tampons sans avoir super mal et en plus, je flippe tellement que je porte une serviette avec (mon flux peut passer de léger à abondant sans prévenir au cours d’une journée. Alors, c’est super de proposer la cup comme alternative mais évitez d’oppresser les utilisatrices d’autres types de protections qui ne peuvent/veulent pas passer à la cup. Je me reconnais tellement dans le fameux « cendrillon » de la cup, c’est clair que si je passe à cette méthode de protection, je vais douiller niveau sous car il m’en faudra je crois 3 exemplaires de chaque taille (grande et petite) vus mes changements de flux et mes journées de travail à rallonge !

    Aimé par 1 personne

  8. ouf oui merci pour cet article! Pour ma part j’ai essayé 2 cups différentes, durant plusieurs mois, j’ai potassé les schéma d’insertion, de retrait etc mais rien à faire ça fuit de tous les bords! Donc j’ai abandonné et je n’ai pas du tout envie de me sentir coupable à chaque fois que j’achète une boîte d’ob, merci! 🙂

    J'aime

    • J’ai eu aussi des problèmes de fuite pendant un temps sans comprendre pourquoi puisque la cup était bien dépliée etc. En fait il faut qu’elle soit vraiment sous le col de l’utérus… qui évidemment n’est pas pour tout le monde bien droit et « au milieu » comme sur les schémas. Il faut donc faire un peu « d’exploration » pour bien connaître son corps (on sent une sorte de boule plus dure au niveau du col) et orienter la cup en fonction. Après ça plus jamais de fuite.

      J'aime

  9. Merci pour cet article, qui soulève des points très intéressants.
    3 choses quand même : je ne trouve pas que la coupe soit galère pour les flux légers, contrairement aux tampons encore secs qui font un mal de chien quand on les retire. Une coupe peu ou pas remplie est très facile à retirer, autant qu’une coupe remplie (et on s’en met moins plein les doigts…). En revanche, avec un flux fort, donc besoin de vider la coupe plusieurs fois dans la journée, si on a un vagin sensible, et souvent une grande coupe pour faire face à l’ampleur des pertes, qui nécessite plus de manipulation, là ça peut être irritant et désagréable, voire carrément douloureux :-/

    J’ajouterai aussi que les jours de fortes crampes, les manipulations induites par la coupe peuvent accentuer les douleurs, surtout avec une grande coupe qui nécessite de « trifouiller » un peu, qui va titiller le col… Ça ne m’a personnellement pas fait abandonner les coupes, mais ça ne m’étonnerait pas que d’autres le fasse, tellement ça peut être insupportable.

    Pour le bon choix de la coupe, c’est un vrai souci, d’autant que les moins chères ne sont pas toujours les meilleures, et occasionnent beaucoup de fuites et de perte de confiance (« j’y arrive pas, je suis nulle, contrairement aux 15 milliards de filles qui s’en sortent parfaitement »). Sur le forum où je suis active, on a instauré un « Bon coin de la cup », pour la revente d’occasion, pour celles que ça ne dérange pas, car c’est effectivement quelque chose de très personnel. Ça pallie un peu la difficulté de trouver la coupe qui conviendra du premier coup sans dépenser une fortune 😉

    J'aime

  10. Concernant cup et DIU, j’en suis à trois gynécos et quatres sages-femmes qui sont au contraire rassurant sur la combinaison DIU et cup, à part particularités morphologiques. De leurs points de vue, les seuls problèmes viennent du fait de DIUs mal posés (ce qui peut arriver plus souvent qu’on ne voudrait, apparemment).
    Mais merci pour l’article !

    J'aime

    • Oui, je ne vois pas comment un DIU pourrait être expulsé à cause d’une cup… J’ai déjà eu le cas du tampon qui s’accroche dans les fils et fait douiller à mort, mais alors la cup, non, aucun problème. Généralement les gynécos aiment bien faire peur avec la cup, souvent parce qu’iels ne veulent pas admettre qu’iels ne connaissent pas le dispositif.

      J'aime

      • Bonsoir, mon DIU n’a pas été « expulsé » à proprement parlé, à cause de ma coupe : en tirant avec deux doigts sur ma coupe pour la retirer, j’ai attrapé le fil du DIU et tout est parti en même temps. Ça n’a pas été douloureux et n’a eu aucune incidence sur mon corps heureusement mais sur le moment, j’ai été très surprise par la sensation et quand j’ai compris ce que je tenais entre les doigts, je me suis sentie… interdite ! Au final, je ne me suis pas fait reposer de DIU, je tiens trop à ma coupe et à tous les bénéfices qu’elle m’apporte. Pour la contraception, on fait autrement et ça nous va bien comme ça aussi. Bises à toutes !

        J'aime

  11. Merci!!!!
    On peut ajouter aussi celles qui (comme moi), on le col de l’utérus trèèèès bas pendant les règles. C’est chiant, mais c’est comme ça, et que ce soit cup ou tampon ça ne passe pas.

    J'aime

  12. MERCI !
    Perso sur le papier je suis hyper convaincu par la cup.
    J’en ai une, j’ai tenté, au début j’ai eu des moments de galères mais j’ai persévéré… et ce qui m’as finalement arrêté c’est qu’elle me faisait mal… J’ai cru que c’était psychologique, ou je me disait que c’était des douleurs de règles tout simplement, mais après de multiples tests, je me suis rendue à l’évidence, ce n’est pas pour moi… Je suis passé au serviettes lavables (dont une grosse part cousu maison)… J’aurais préféré que ça marche ça ma ferait moins de lessive, mais bon 😉 c’est la vie !

    J'aime

  13. Je peux comprendre que la cup ne s’adapte pas à toutes c’est quelque chose qui demande du temps, de l’adaptation, et parfois certaines femmes n’y arriveront jamais. Il y a en effet des cas particuliers où il est impossible d’utiliser la cup (morphologie particulière, …). Mais toutes les femmes n’ont pas une morphologie particulière non plus, toutes les femmes n’ont pas accès à un lavabo et des toilettes, toutes les femmes n’ont pas le temps d’essayer plusieurs cup, toutes les femmes n’ont pas un débit énorme (honnêtement pour faire déborder une cup il faut un sacré débit …), etc
    Mais soyons honnête beaucoup de femmes ne font tout simplement pas l’effort non plus de chercher une alternative aux tampons et serviettes jetables. L’alternative elle n’est pas juste là pour jouer les bobos, ou chipoter sur la qualité des protections hygiéniques c’est une vraie question environnementale. Si on considère simplement la quantité de déchets que ça représente, l’impact écologique de sa production et puis soyons honnête le coût …
    Et des alternatives il y en a d’autres : serviettes lavables par exemple. Ca s’achète et ça s’utilise très bien.
    Mais comme pour la cup, ça demande des efforts, des efforts d’adaptation, de donner un peu de temps pour ça. Je pense que il y a aussi une part de paresse. Les serviettes et tampons jetables sont une solution de facilité. C’est une attitude classique de consommateurs d’aujourd’hui, j’achète, je veux le moins cher, en quantité et je jette. Mais je ne veux pas perdre de temps.
    Donc oui pas de soucis, une cup c’est suivant le ressenti de chacun il n’y a pas d’obligation. Par contre je pense que chacune devrait se pencher un peu sur la question et sinon trouver une autre alternative.

    Aimé par 1 personne

    • De l’ art de culpabiliser sans y toucher ….On pourrait aussi considérer que plein de femmes font plein d’autres choses au quotidien pour l’environnement …la cup n’ est pas l’alpha et l’oméga de la préservation de l’ environnement : je garde les tampons, par contre plus mouchoirs jetables et suffisamment de mouchoirs tissus pour ne pas propager les germes…

      J'aime

    • Bravo pour la culpabilisation…. Votre message est vraiment limite puisque vous vous fondez sur vos propres constatations mais OUI toutes les morphologies sont différentes et il ne paraît pas improbable que de très nombreuses femmes ne supportent pas la cup. Alors culpabiliser en parlant écologie…. Non mais franchement, vous ne savez pas ce que font les non utilisatrices de cup pour la planète ! Moi je suis végétalienne pour des raisons écolos et je ne m’amuse pas à culpabiliser les gens en disant qu’ils sont feignants.

      Vous voyez les choses juste par le p’tit bout de la lorgnette, de VOTRR lorgnette, mais combien de femmes n’ont pas les moyens d’investir dans les serviettes lavables ? Oui, sur le long terme c’est plus économique mais encore faut-il pouvoir investir sur le court terme au départ pour avoir ce qu’il faut pour tenir un cycle complet !! Et les femmes handicapés ?? Elles sont feignantes elles aussi ?? Personnellement j’ai, entre autres, un syndrome de fatigue chronique, alors expliquez moi, quand je n’ai même pas la force de m’alimenter ou d’aller uriner seule, comment je gère mes trucs lavables ???

      Et je suis très loin d’être un cas unique.
      Alors oui, promouvoir des alternatives c’est bien, mais en évitant de jeter tout le monde sous les roues du bus !

      Nan mais je rêve ….

      Aimé par 1 personne

      • merci c’est quoi ce délire de culpabilisation?Je ne veux pas mettre de cup non plus car je n’aime pas trop les tampons,ca me fait mal au vagin quand je les retire,j’ai des fibromes,des douleurs a l’utérus quand j’ai mes régles et j’ai des saignements très abondants alors il faut être idiote pour nous culpabiliser.Chaque femme connait son corps et EST LIBRE DE CHOISIR LA PROTECTION QUI LUI SEMBLE LA MEILLEURE;.je choisirais a la limite un linge a la place comme dans le temps mis sur la culotte mais pas de cup dans le vagin car c’est mon corps! C’est notre corps Amandine et on le connait mieux que tu nous connais!merci de respecter les femmes et de pas être intolérante..

        J'aime

    • Il est aussi possible d’utiliser une bouteille d’eau pour rincer la cup, en général c’est faisable partout il suffit de prévoir la petite bouteille d’eau! A remplir sur le moment à l’eau chaude si possible, à l’eau froide au pire. C’est pas mal d’avoir un peu d’anti-bactérien pour se laver les mimines avant aussi, s’il n’y a pas de quoi sur place. Bref : déjà fait de nombreuse fois, c’est tout à fait gérable et ça vaut le coup, en tous cas pour moi!

      J'aime

    • Une cup grande taille contient de 2 à 3x plus que le volume absorbé par un tampon (sizecharts.livejournal.com), et à moins d’avoir un flux hémorragique, vous pourrez vider votre cup tranquillement chez vous matin et soir.

      Et même, il n’y a rien de sorcier là-dedans : on se lave les mains avant, on peut éventuellement prendre 1-2 serviettes en papier avec soi s’il y en a, ou une bouteille d’eau qu’on remplit aux toilettes, sinon le papier toilette fera l’affaire, on s’assoit, on retire la cup, on la vide dans la cuvette, on la rince avec une bouteille d’eau (OU PAS! ce qui était déjà à l’intérieur peut y retourner sans problème) et on la réinsère… On se nettoie les doigts vite fait avec du papier et on se lave les mains ensuite. Comme avec un tampon.

      J'aime

  14. merci pour cet article! je suis partie l fleur aux dents pour essayer la cup et…..juste non. J’ai eu mal même avec un format petit, il a fallu la couper pour que l’embout ne me rappe plus les parties intimes, pour l’enlever j’aurais peut-être du me faire une péridurale tant j’ai eu l’impression d’accoucher de mon vagin (et de mes tripes aussi) dans le sang et la douleur. donc après avoir rejoué une remake écolo d’un splatter italien, je vais reflechir à d’autres alternatives.
    Quand à la petite miss qui traite sans y toucher les filles qui « ne veulent pas faire l’effort de passer à la cup par paresse » de feignasses consuméristes, à moins de vivre dans une hutte sans électricité avec des chèvres et ton champ de boulgour bio, garde pour toi ta morale, éloignes toi de ton clavier (alimenté à quoi?) et ferme ton clapet.

    Aimé par 2 people

  15. J’utilise une cup depuis presque 8 ans, mais quand je me suis fais poser un stérilet en cuivre en septembre dernier j’ai investi dans des serviettes en coton bio lavable, au cas où pour les fuites éventuelles post-pose, ce qui n’a pas manqué d’arriver.
    Maintenant que mon flux est moins important, je mets soi la cup toute seule, soit une serviette, soit les deux en même temps ^^
    Même si je conseille souvent la cup, je comprends tout à fait que -pour plusieurs raison- cela ne soit pas adaptée ou même juste pas au goût de certaines personnes. Donc, comme je n’utilise plus exclusivement la cup, je fais aussi de la pub pour les serviettes lavables (puisque c’est ce que j’utilise) 🙂 Après il y a plusieurs tailles, matières… etc, ça peut être une alternative sympa aux protections jetables, même si bien sûr elles ont aussi quelques désavantages (plus facile à changer chez soi qu’à l’extérieur par exemple :S ).
    Il y a aussi en jetable des marques bio qui sont particulièrement douces (netracare, je crois) et pratiques.
    Le tout c’est de pouvoir choisir ce qui nous va le mieux et si possible des produits sains pour le corps et aussi plus écologiques.

    J'aime

  16. Bonjour, je fais des malaises vagaux avec les tampons ET la cup ! on en parle très peu de ce type de réactions, et pourtant…. donc impossible à utiliser pour moi. #TeamServiettes, par défaut 😉

    J'aime

  17. Personnellement, je trouve que le problème de la cup c’est que ce n’est pas présentée comme un autre moyen de gérer ses pertes de sang et autres muqueuses mensuelles. C’est méconnu. C’est un « truc » qu’on trouve sur Internet généralement, de temps en temps dans des magasins bio, et on en entend parler grâce au bouche à oreille.
    Je dis cela parce que je travaille dans un collège-lycée et la plupart des livres documentaires parlant de corps humain, et donc des femmes, parlent des autres type de protection (style « non le tampon ne se perd pas dans votre utérus »). Les actions menées autour de l’éducation sexuelle, et donc qui touche aussi à ce sujet, n’en parlent pas non plus et se limitent aux serviettes et tampons.
    Donc pour démocratiser et faire en sorte que les gens sachent au moins de quoi il s’agit, certain(e)s ont tendance à le ressortir dès qu’on parle règles.

    Certes, la cup ne convient pas à tout le monde et j’en conviens, mais au final, les autres types de protection sont bien plus polluants et chers; et le sang reste du sang (mélangé à d’autres composants dont on parle peu d’ailleurs)… donc au final de plus en plus de gens connaissent l’existence de la cup, même si certains ne l’utiliseront jamais ou une seule fois : préjugés, dégoût de son corps, problèmes médicaux, contraintes professionnelles (CELA DIT ! l’accès aux toilettes devrait être une priorité pour TOUS et TOUTES au travail, il me semble que avoir lu que l’une des maladies « pro » les plus courantes en France sont les infections urinaires et autres trucs chouettes qu’on a tendance à avoir quand on se retient d’aller aux toilettes, donc un combat à mener aussi pour le bien-être général au travail…)…
    J’ai une amie qui avait l’air de douter du produit (ça fait mal ? ça irrite ? ça déborde ? etc etc) mais à force d’avoir des filles qu’elle connaissait « y passer » et en parler, elle en a acheté une pour voir et l’a gardé.
    En parler (sans insister et forcer les gens bien sûr) reste selon moi bénéfique. Il faut juste faire attention à ce qu’on dit, évidemment.
    Certaines filles décident après essai d’utiliser d’autres méthodes de protection les jours de flux abondants et prendre la cup pour le reste, c’est aussi un compromis qui peut satisfaire.

    Par contre, pour le point 6, je suis en désaccord complet. Je ne sais pas pour les conditions mentionnées pour certains pays « en développement » mais je sais ceci : j’ai vu des campagnes de financement de kits d’hygiène, déjà testés, à l’étranger pour les filles punies d’avoir leurs règles afin qu’elles puissent aller à l’école comme les garçons… en raison du confort hygiénique que cela procure, puisque là où on ne peut pas acheter de serviettes/tampons (aussi critiquables que je les trouve en raison du manque de législation), les filles « se protègent » avec des feuilles de ceci ou cela ou des chiffons pas assez propres… alors qu’elles peuvent mettre aux toilettes un bout de silicone offert à faire bouillir dans l’eau avant et après les règles.
    Je ne parlerai pas des conditions de vie des sdf dans les villes « développées » parce que je n’y connais rien; mais en me basant sur une ville en France qui n’est pas Paris, je dirai que dans certains centres de jour ouverts 6 jours par semaine, plus fréquentés par les hommes que par les femmes, certes, on peut probablement demander une casserole d’eau pour faire bouillir sa cup. Sachant que ces centres ont tendance à accepter les dons de vêtements, etc., pour les usagers et que des femmes y travaillent aussi, je ne pense pas qu’ils diraient non.

    J’ai par contre vu des pays où c’est plus évident de porter une cup que d’autres : au Japon, certains (j’en ai vu beaucoup) toilettes font couler de l’eau dans un robinet pour ensuite remplir la chasse (on peut donc se laver les mains sans savon, bizarres ces Japonais, mais idéal pour rincer la cup !).
    Personnellement, je n’ai pas de lavabo dans mes toilettes depuis que j’ai déménagé, je change donc ma cup dans ma douche (plus facile de toute façon pour la réintroduire mais ça prend plus de temps (se déshabiller partiellement, rincer derrière); et j’ai la chance pour mon boulot, il me permet d’avoir accès à un lavabo aux toilettes.

    Aimé par 1 personne

  18. Coucou,

    Très bon article!
    La cup fait couler beaucoup d’encre, elle créé des débat « pro/contre » que je trouvais intéressant au début, mais qui à force, me débectent.

    Entre celles qui ne veulent pas, et celles qui veulent… Entre celles qui ne sont pas du tout attirées par cette possibilité et celles qui ont le besoin de vous retourner le cerveau, pour que vous aussi vous en veniez à un « SI SI C’EST LA SOLUTION DU SIECLE »…

    Comme tu le dis si bien, chaque vagin est différent, et chaque personne l’est aussi.

    Et toute la polémique qui tourne autour de ce produit s’apparente de plus en plus à du forcing pur et dur, sur fond de culpabilisation.

    C’est une protection qui a bien des avantages, mais qui peut avoir tout autant d’inconvénients.
    C’est donc une nouvelle protection à étudier comme toutes les autres, pour déterminer si elle peut nous convenir mieux que celles que l’ont utilise actuellement ^^

    Je ne comprends pas ce besoin de nous bourrer le moue, ce besoin de limite nous forcer à passer à ça, sous peine de deviner, entre les mots un bon gros « si tu le fais pas c’est que t’es bien contente de te ruiner la santé, la nature et donc bien conne ».

    -On le sait que les règles c’est pas crade, c’est naturel tout ca… mais c’est encore humain de pas aimer tripatouiller son sang ou les particules de paroi utérine non? NON?

    -On le sait que oui il est plutôt facile de nettoyer à minima sa cup ou ses doigts dans pas mal de situations, mais bordel que les gens ouvrent leurs yeux NON ce n’est pas possible partout et NON ce n’est pas « naturel » de se promener avec les doigts tout juste essuyés avec du papier wc…
    Et non je ne compte pas, dans un bureau d’hommes venir avec mon petit vanity d’eau chauffée, de gel bactéricide etc… j’ai BESOIN de discrétion, pour qu’on me mette pas 50fois à l’heure, dans la gueule que « haha t’as tes règles », alors que mon utérus se charge déjà très bien de me le rappeler…

    Bref, les doigts ensanglantés: CA c’est SALE, CA c’est NON HYGIENIQUE. Je n’irais pas serrer la main de mes collègues s’ils sont plein de sang tous juste essuyés de papier, je n’imposerais donc ça à personne.
    De plus est-ce un crime DE NE PAS VOULOIR LE FAIRE? Est ce un CRIME de ne pas vouloir s’imposer ce moment délicat dans une période qui l’est DEJA BIEN ASSEZ??

    -Et par dessus tout on le sait qu’il y’a plusieurs modèles, plusieurs tailles pour convenir aux flux/vagins plus ou moins étroits, mais pour autant mon vagin n’est pas UN HALL DE GARE.
    JE suis la seule à choisir ce qui y pénètre ou non. Ce n’est clairement pas une autre personne qui doit décider si c’est facile ou non de le faire, c’est MON corps, MA mentalité, MON ressentit. Pas le leur.

    Car pour pas mal d’utilisatrices de cup, il n’y a pas d’arguments « contre la cup » il n’y a que des idées qu’on peut balayer du blabla habituel.
    Vous savez le fameux « il n’y a pas de problèmes, seulement des solutions »? C’est ce que je retrouve chez les fameuses pro cup bien trop investies, qui vous servent de ce blabla qui ne prend pas en compte que « hé cocotte, je ne suis pas toi, ce qui te convient ne DOIT PAS NÉCESSAIREMENT CONVENIR A LA TERRE ENTIÈRE ».
    Je rajouterais même que « pas besoin de chercher loin » chacun de tes idées qui expliquent pourquoi « certaines ne vont pas utiliser de cup alors que ce ne sont pas des grosses imbéciles et feignasses au possible » ont été démenties (ou contre argumentés) par des pro cup.

    Je vais être très impolie, mais dans ces moments j’ai juste envie de lâche le fameux, et trop bon « mais ferme ta gueule ». (Pardon, mais c’est libérateur).

    Il ne s’agit pas d’une ouverture à un débat, il ne s’agit pas de sauver la planète, il ne s’agit pas de fare un braveheart vaginal. Il s’agit juste d’une réponse à POURQUOI CA NE CONVIENT PAS A TOUS. Et on se paye ENCORE des contre arguments… alors que c’est pas du tout la question! Comme si UNE personne était capable d’avoir LA SEULE VERITE sur l’ensemble des vagins de ce monde :X Mais que fait la poulice!

    Perso je n’ai jamais testé, et je ne testerais jamais, parce que je sais que ce produit ne me convient PAS. Car comme je ne suis pas trop CONNE, il me suffit de lire la fiche technique du produit pour savoir, pas besoin de tester…
    Et j’ajouterais qu’il est plutôt écœurant d’en arriver au point où l’on doit limite déballer en long, en large et en travers la physionomie de notre vagin pour convaincre les pro cup les plus engagées, que non, ce produit n’est pas pour nous et cela pour de BONNES raisons, toutes aussi VALABLES que leur arguments.
    C’est écœurant de parfois même déballer ca en PUBLIQUE, sur des stands PUBLIQUE dans des lieux PUBLIQUES quand les plus engagées promeuvent ce produit « miraculeux ».

    J’encourage totalement la promotion de ce genre d’avancées dans les lieux appropriés, car nous manquons de transparence sur ces sujets.
    Non je n’ai aucun tabou à aborder le sujet « règles, menstruations » en publique, mais j’estime ne pas avoir à parler de l’architecture de mon corps, de mes divers soucis de santé et des choix que je fais sur ce qui entre ou non dans mon vagin en PUBLIQUE ou à des inconnues pour avoir la paix…

    Si le sujet doit est « dé taboutisé » on ne doit pas oublier le principe de pudeur, de respect de l’être humain qu’on a en face de soit.
    En dernier j’estime simplement ne pas avoir à me justifier. Car bien souvent c’est comme cela que ca tourne, la justification, comme si l’on était coupable de quelque chose…criminelle.

    Et tout ca sur fond de libération de la femme *rire*

    Je suis outrée qu’on doive limite se battre (se défendre face à l’agression) pour pas passer pour des imbéciles avec nos serviettes et tampons.

    Proposez moi le produit mais JE choisis.

    La protection c’est comme les règles, c’est un sujet intime qu’il est utile d’aborder sans tabou, mais qu’on ne doit en aucun cas forcer.

    Aimé par 1 personne

  19. Pour ma part, je me demande si les matériaux utilisés pour la cup sont vraiment plus sains que ceux des tampons… Peut-être manque-t-on de recul sur le sujet.
    Je suis adepte des serviettes lavables! C’est ce qu’utilisaient nos grands-mères. C’est aussi très pratique en période post-accouchement, pas d’irritations et c’est super simple à mettre.

    J'aime

    • C’est certes ce qu’utilisaient nos grand-mères dans le principe, mais pas dans la forme ! Je suis bien contente que les serviettes lavables d’aujourd’hui ne soient plus celles de nos grand-mères !
      Rien que pendant l’adolescence de ma mère (qui a 55 ans), serviette lavable, ça voulait dire un genre d’éponge fixé sur la culotte avec des épingles à nourrice, et une sorte de culotte en plastique par dessus… Le tout occasionnant quand même des fuites facilement.
      Je ne crois pas que grand monde y retournerait si les serviettes lavables ne s’était pas grandement modernisées, pour gagner en confort et en efficacité (avec en plus un accès facilité aux machines à laver !) 😉
      C’est d’ailleurs la même chose avec les couches lavables pour bébés, le renouveau actuel est possible parce qu’on a innové pour dépasser le stade lange + pointe en plastique…

      J'aime

  20. Merci pour cet article. Pour ma part, l’utilisation de la cup a très probablement participé au rejet du DIU à cause, selon ma gynéco, de l’effet « ventouse » répété…. Ce qui m’a vacciné et de la cup, et du DIU…

    J'aime

  21. Je découvre ce blog et merci pour le billet!!!

    La question essentielle que ton billet pose c’est bien celle du choix que toutes les femmes ont. La cup est une option de plus. Qu’on décide d’opter pour les serviettes, tampons ou la cup ou un combiné, quelles qu’en soient les raisons, elles sont valables et PERSONNE n’a à les juger, ni même les commenter. Quand nos parlementaires ont récemment légiféré sur l’IVG (remboursement) et autres, à l’écoute de certains arguments fallacieux, j’avais envie de leur hurler de se mêler de leurs fesses!!! #moncorpsmonchoix

    Et à l’argument de la fainéantise avancé un peu plus haut, j’ai envie de répondre « et alors? » pour ma part c’est tout à fait entendable. Si je décide que ça me prend trop de temps d’adaptation et que je ne veux pas perdre ce temps, et alors? où est le problème? Bravo pour l’attitude de culpabilisation, attitude qui est d’ailleurs totalement contre-productive. Ce choix se fait en fonction du mode de vie, de la personnalité de chacune, de ses capacités physiques, du rapport qu’on a au sang ou à son corps, et peut être d’autres choses encore. Ce choix est bien et doit être celui de chacune, c’est ça qu’il faut défendre, rien d’autre!

    Pour ma part, je suis adepte des tampons depuis quasiment le début. L’idée de la cup me plait beaucoup. J’ai essayé, n’ai pas encore été convaincue ni trouvé ça tout le temps très confortable (il faut attraper « le coup de main »), mais je vais retenter l’expérience quand ça me prendra. Un jour. Bientôt. Peut-être. Quand ça m’inspirera.

    (j’ai sûrement redit des choses racontée par d’autres, mais ça fait du bien de l’exprimer aussi)

    J'aime

    • Hello,

      P’tite infos pour les curieuses.
      De passage au rayon Hygiène intime de mon Leclerc je suis tombée sur 2 modèles de Cup (à environs 3.50e).

      Je n’avais pas l’intention d’en prendre donc je n’ai pas regardé plus en profondeure pour les spécificités de ces deux modèles, mais c’est intéressant pour celles qui s’y connaissent un peu et qui en veulent des pas chères…

      J'aime

  22. impossible d’utiliser la cup …. ça ne tient pas, je la perds systématiquement …. et j’en ai essayé plus d’un modèle. (J’ai essayé les stérilets en contraception et je les perds aussi). Question de morphologie … et avec des règles très abondantes pas d’autre solution que tampon + grosse serviette ou rester à la maison avec un lange …

    J'aime

  23. La cup j’en ai entendu parler en ligne (comme bcp de monde), j’avais bien envie d’essayer même si pas certaine d’être capable de le gérer tout le temps, ça valait le coup de tenter l’expérience. Puis crise de douleurs abdos très aigues, passage aux urgences, découverte d’un kyste ovarien, opération 1 mois plus tard et diagnostic d’endométriose. Du coup, même si médicalement c’est peut-être totalement bidon, l’idée de faire stationner dans mon utérus des cellules qui déjà sans ça ont tendance à se barrer du mauvais côté (bien que sous pilule depuis et quasi pas de saignement) et générer des adhérences entre organes, ben ça m’apparait comme rédhibitoire. Je suis repassée aux serviettes moi qui utilisait des tampons depuis des années. Par contre à vous lire je me dis que je vais tenter les serviettes jettables, je ne savais pas que ça se faisait.

    J'aime

  24. Rétablissons quelques vérités sur la contenance des cup…
    Il y a un monde entre capacité affichée (30 ml pour les plus grandes) et la réalité.
    Je m’explique : la coupelle s’adapte au vagin, et celle ci n’est évidemment à la verticale vous en conviendrez, surtout selon les morphologies. Alors imaginez un récipient, un verre par exemple que vous inclinez. A votre avis va-t-il déborder avant d’avoir atteint sa capacité maximale ? Ben oui ! Surtout que la plupart des cups ont des trous sous leur rebord, donc ça coule bien avant d’avoir atteint la capacité maximale. Personellement je n’ai pas un flux de dingue, plutôt normal à abondant ou plus abondants le 2ème ou 3 ème jour, et je suis obligée de la vider toutes les 4 à 5 heures.
    Néanmoins, et à condition d’avoir accès à un lavabo dans les WC qui sont propres, je trouve ce système plus économique, et moins irritant et desséchant que les tampons. Mais j’avoue être déçue parce que pour ma part on est assez loin de la révolution annoncée !

    J'aime

    • D’autant que chez la plupart des utilisatrices, la coupe a tendance à remonter, et le col à être bas en période de règles, ce qui fait que le col finit souvent par prendre une place non négligeable du volume utile de la coupe… Et c’est parfois un truc qu’on met du temps à piger, quand la coupe déborde en étant pleine aux 2/3 seulement ! J’ai trouvé un modèle qui permet de pallier cet inconvénient et qui me satisfait, mais il n’est pas simple à utiliser. Clairement, quand on a un flux fort, ça peut être frustrant et même rageant ces coupes pas pleines qui débordent et obligent à des vidages fréquents.

      J'aime

      • ElleN : Actuellement les derniers modèles de coupe on est plutôt autour des 38-42 ml…. Recherchez LuvUrBody et L Super Jennie… Et les tampons ? Au delà de 15-18ml d’absorption théorique (!) ça n’existe pas, et lorsque ça a existé… c’était l’époque des épidémies de choc toxique… dû à certaines fibres ultra absorbantes. Alors excusez-moi mais l’argument de la contenance ne tient pas. Une personne qui a un flux aussi abondant doit de toute manière changer sa protection, quelle qu’elle soit !

        J'aime

      • Julie, la question n’est pas de savoir si l’argument tient ; ne vous en déplaise je suis déçue par la coupe et sa contenance est une des raisons pour lesquelles je suis déçue. Et changer un tampon reste pour moi plus pratique que de vider sa coupe lorsqu’on est pas chez soi et qu’il n’y a pas de lavabo à côté. Ici chacun donne son avis et son ressenti personnellement par rapport à l’utilisation de la coupe et ce n’est pas parce que ces avis divergent des vôtres qu’ils ne peuvent pas exister. Ouverture d’esprit et tolérance !

        J'aime

  25. Merci pour cet article!

    À titre personnel, je suis très contente de la cup, mais je dois dire qu’elle est présentée comme un objet simple et facile d’utilisation et que…c’est loin d’être le cas, au début. Le premier mois, il me fallait des heures pour l’insérer, puis pour la retirer. Ne sachant pas encore combien de temps il me faudrait pour la remplir et ayant un flux abondant, je la retirais plusieurs fois dans la journée, créant ainsi des irritations qui ont fini par devenir réellement douloureuses à la fin du cycle, puis c’était l’enfer à nouveau pour la remettre. Bref, aujourd’hui, après près d’une année d’utilisation, je suis ravie d’avoir persévéré: moi qui devais changer de tampons plusieurs fois par jour, même en prenant les plus absorbants, cela n’est plus nécessaire avec la cup. Je l’insère le matin et suis tranquille jusqu’au soir. Plus d’odeurs gênantes, plus d’irritations, je suis vraiment contente.

    Si vous voulez/pouvez persévérer, n’hésitez pas à tester plusieurs modèles, vous trouverez sûrement celui qui vous conviendra 🙂 sinon, tant pis!

    J'aime

  26. De mon côté l’utlisation de la cup est un échec… elle se retourne systématiquement C’est arrivée à certaines d’entres vous… ras le bol des essais et des minutes passées pour aller la récupérer… je vais peut être essayer les serviettes intimes lavables

    J'aime

  27. Je suis moi-même une utilisatrice de la coupe menstruelle depuis que j’en ai entendu parler sur internet il y a quelques années. Je l’ai commandée aux Etats-Unis, elle était assez chère (plus de 30€). J’ai des expériences plutôt positives avec, mais pas que positives. Le sang tâche les doigts et les rincer ne suffit pas toujours, il n’y a pas de brosse au travail pour aider à nettoyer les ongles. Mon flux est plus important qu’avant et il y a des jours et des nuits où je dois vider la coupe toutes les trois heures. Sommeil interrompu, draps tâchés. Le plus difficile est maintenant mon dos. Je suis de plus en plus tendue et cela devient très difficile de mettre ma coupe, surtout le matin quand je suis encore toute raide de la nuit. Je comprends donc très bien les arguments contre la coupe. Je passerai peut-être à des serviettes, un jour ou l’autre.

    J'aime

  28. Cet article est super, enfin il nous déculpabilise lorsqu’on est « cup’sceptique »! Je le suis…ou plutôt je le suis devenue. j’utilise la cup depuis début juin 2016…et on est bientôt en décembre. Au début j’ai voulu tester la cup pour me libérer de ces tonnes de tissu absorbant que je mettais entre mes jambes et qui me donnaient trop chaud, me laissaient baigner dans ma transpiration…J’ai trouvé que la cup, c’était plutôt pas mal pour dormir nue sans avoir peur de tâcher ses draps, pas mal non plus pour rester sans vêtement l’été malgré ses menstruations (vu les canicules qu’on se paye l’été depuis quelques années, on comprendra l’importance de la chose). MAIS…car il y a un MAIS. La cup c’est bien pour dormir et pour rester sans vêtement, mais…c’est pas pratique, faut se contorsionner pour la mettre, se re-contorsionner pour l’enlever, on se met du sang plein les doigts, faut la rincer, la stériliser…alors qu’avec les serviettes en coton bio lavables, on colle tout ça dans une bonne fournée de linge à la machine une fois par mois, on rajoute ça à la grande fournée de lessive habituelle, le lendemain de son dernier jour de saignements menstruels et puis basta. Avec la cup, on risque de gâcher ses petits moments intimes aussi, imagine la scène (début de la séance câlin avec chéri(e): « attends mon amour, faut que je retire ma coupelle en plastique et que j’aille vider tout ça! » Mouais…ça le fait moyen…pour le romantisme on repassera…bon appétit bien sûr!).Bref…la cup…pas une révolution véritable…juste un objet marketing de plus pour faire croire aux nanas qu’elles sont libérées…et surtout un attrape-pigeon (pigeonne, plutôt!).

    J'aime

    • Il y a plein de personnes à qui la coupe ne convient pas, et c’est à entendre et à respecter (aucune solution de récolte du sang menstruelle ne saurait être LA solution universelle, tant nous sommes tou.te.s différent.e.s et avec des besoins, contraintes et styles de vie fort différents).
      Ce n’est pas pour autant que tou.te.s celleux qui utilisent une coupe menstruelle sont des pigeon.ne.s, et que ça n’a pas représenté une révolution personnelle pour elleux…
      On entend exactement le même genre de commentaires débiles sur les serviettes lavables (« quoi mais ça va pas de laver ça avec le reste du linge, c’est trop dégueu, et si tu dois avoir ça dans ta culotte avant une séance câlin, merci le romantisme »), certain.e.s passent à la coupe menstruelle parce que les serviettes lavables ne leur conviennent absolument pas : apprécierais-tu qu’en retour elles te traitent de pigeonne et qu’elle te refusent le droit de dire que cette solution est pour toi la plus pratique ?

      J'aime

  29. Merci pour cet article ! J’ajoute un élèment : souffrant de crampes très importantes lors de mes règles qui me font me contracter très fort, j’ai souffert d’un « rejet » de cup. Me demandez pas comment, mais mon vagin a réussi à virer l’effet ventouse tout seul et j’ai retrouvé la cup et son contenu dans ma culotte. Autant dire que depuis, j’évite ><

    J'aime

  30. oh mon dieu mais quel déception, j’ai essayer encore et encore jusqu’au 20 fois part jours de la mettre, et sa fait 5 jours, donc basta la j’ai mal de chez mal je laisse tomber, bref donc soit elle est trop basse du coup elle glisse et en quelque pas le bout de la cup sort du vagin, du coup j’essaie de la mettre un poil plus haut mais vraiment ai millimètre prêt et la elle se déploie pas, donc ou elle est basse et je doit me balader avec la cup a moitié sortir, ou elle juste un poil plus haut et la elle se deplois pas bien, il y a TOUJOURS un coter enfoncer. donc en gros je suis très déçus et j’arrête les règles, c’est la seul solution que j’ai, je vais enchainer les plaquette pour n’avoir plus qu’une ou deux foit mes règles dans l’année

    J'aime

  31. Bonjour bonjour, c’est vrai qu’en cas de petit flux c’est pas vraiment pratique, la cup. Maintenant, pour les adeptes de serviettes il existe en magasin bio des serviettes totalement biodégradables et certifiées sans certaines substances (bon elles coûtent minimum 1 fois et demi deux fois plus cher que les autres, mais au moins pas de substances toxiques).

    J'aime

  32. Merci, merci pour cet article (sur lequel je suis tombée après avoir tapé « galères cup menstruelle » dans google afin de vérifier si je suis, ou non, la seule au monde à repeindre mon WC à chaque fois que je tente d’utiliser ce truc).
    Il est certes utile de connaître les alternatives aux traditionnels tampons et serviettes, mais je supporte mal le discours culpabilisant des pro-cups qui rappellent, à chaque article, à quel point il est maaaaal d’utiliser encore des protections jetables (cause pollution, etc.). Je trouve qu’en matière d’hygiène intime, on ne devrait pas tenir de tels discours : chacune fait usage de la protection qui lui convient et tant pis pour la pollution, ou le reste. C’est un pas en arrière que de culpabiliser la femme sur son non-usage de la cup (ou d’autres protections non polluantes), quand bien même le discours se veut bienveillant en apparence.

    J'aime

  33. Super article Jack !!! Un peu sceptique face à la cup (« comment je vais faire pour la mettre et l’enlever ? :O »), je me suis tournée vers des serviettes hygiéniques lavables ! Je travaille dans un endroit où je n’ai pas accès à des toilettes avec un point d’eau, ça m’a littéralement changé la vie ^^ ! Je ne sais pas si tu connais, c’est des serviettes de la marque Dans Ma Culotte ? ça fait 2 ans que j’en achète désormais! 🙂

    J'aime

  34. C’est clair que chacun a le droit de faire ce qu’il veut, moi perso je suis une adepte de la cup et je me contrefiche de qui utilise quoi. En revanche elle m’a vraiment changé la vie, et j’aurais aimé connaître ce moyen de protection plus tôt. Je garde quand même des serviettes chez moi pour si je suis confrontée à des situations où y aura vraiment pas accès à un lavabo, mais sinon ça tient la journée pour moi. J’avoue que c’était pas facile à prendre en main, et à la première utilisation on est un peu perturbée, j’ai même voulu abandonner, mais en retentant le coup je l’ai vraiment adoptée, je me sens très à l’aise.
    Après faut pas forcer, je pense sincèrement que chacune gagne à essayer de l’adopter car une fois que c’est fait c’est vraiment pratique (je suis à la cup depuis même pas 4 mois). Y a en effet des considérations concernant la pollution, et aussi les économies. Je me changeais très régulièrement, donc chaque mois nouveau paquet de serviettes (j’évitais les tampons car choc toxique on sait jamais). Là j’ai quasiment rentabilisé ma cup quoi.
    Bref, je savais même pas qu’il y avait un si gros débat sur la question. Je pense juste que la cup gagne à être mieux connue, et « dédiabolisée » (perso la première fois que j’en ai entendu parler ça m’a pas trop donné envie vu la tronche du machin)

    J'aime

  35. Coucou, j’utilise la cup depuis maintenant 3 ans. J’ai toujours des fuites de temps en temps mais j’en avait déjà avec les tampons alors c’est kif kif. Je suis très contente d’avoir lu cet article, car même si je ne suis pas concernée actuellement, je trouve ça nul de culpabiliser les femmes qui ne peuvent ou tout simplement ne veulent pas mettre de cup. On a le droit d’être « capricieuse »(comme certains le disent) sur ce sujet parce que c’est quand même un corps étranger qu’on s’insère. Même si je m’y suis faite, je comprend que ce ne soit pas anodin.
    Et en y pensant, je n’aurais jamais pu mettre une cup en étant vierge. J’avais un hymen très « couvrant » donc très très difficile de mettre un tampon, alors une cup…
    Alors continuons de parler de la cup autour de nous pour que le plus de monde possible connaisse cette alternative. Mais pitié, un peu de solidarité féminine, la société est déjà assez dure avec nous sans qu’on en rajoute. Merci Passion Menstrues et vive Jack Parker !!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s