5 choses à ne surtout pas faire pendant ses règles

tumblr_mde9z7kik11qc6pb2o1_500

À force de les voir revenir tous les mois, les règles, on les connait. Mais au fil des années, on apprend un peu mieux à cerner cet étrange phénomène et à comprendre un peu mieux pourquoi les gens sont si nombreux à cacher leur peur derrière un dégout affirmé lorsque certains mots-clés sont prononcés. Il faut dire que l’impact sur notre corps et notre caractère est effectivement tel qu’il peut, si on ne fait pas attention, avoir des conséquences dévastatrices sur notre entourage – et le reste du monde.

Voici donc cinq choses à éviter impérativement pendant vos règles si vous voulez continuer à vivre normalement malgré cette malédiction et éviter de finir seul-e et mangé-e par vos chats.

1. Effectuer des tâches ménagères

Vous avez envie de faire un petit pot-au-feu pour votre partenaire ? Soyez béni-e, des comme vous on n’en fait plus, et c’est bien triste. Mieux encore, vous pensez qu’il est grand temps de vous occuper de la poussière qui a recouvert votre beau foyer ? C’est vrai, c’est pas beau à voir, et on espère pour vous que vous ne comptez pas recevoir du monde dans les jours à venir, vous risqueriez de finir en exil ! Mais malgré tout, il va falloir vous retenir.

Pendant vos règles, votre utérus fait comme le tatou et revêt une armure d’écailles en se repliant sur lui-même – mais il en profite également pour propager quelques hormones dévastatrices dans votre système qui, malgré toute tentative, ne peuvent être contrées ni par votre volonté, ni par des calmants. Résultat des courses, vous perdez totalement le contrôle de vos gestes mais aussi de vos émotions. Entre vos mains, un économe, des aiguilles à tricoter et même un plumeau, peuvent devenir des armes très dangereuses. L’Histoire a d’ailleurs prouvé que toutes les personnes munies d’un utérus ayant commis des crimes atroces l’ont fait pendant leurs règles (ou, dans le cas de crimes un peu moins graves, dans les quelques jours qui précèdent leurs règles).

La prochaine fois, faites le test : attrapez une brosse à cheveux pendant vos règles et observez la réaction de votre corps. Instinctivement, vous devriez commencer à faire des moulinets en poussant des cris de guerre et en frappant tout ce qui se trouve sur votre passage (essayez de faire ce test seul-e dans un environnement fermé, évidemment).

2. Parler trop fort

Lorsqu’une personne a ses règles, sa voix se double d’une autre, plus insidieuse, que l’on peut entendre uniquement si on est munis des bons instruments. Des ingénieurs du son ont fait cette étrange découverte lorsqu’ils enregistraient pour la première fois la voix d’une célèbre chanteuse d’opéra lors de son premier passage en studio. N’ayant pas voulu manquer sa chance, elle a choisi de maintenir son rendez-vous au studio malgré ses règles et a donc permis a l’équipe technique de faire cette sinistre découverte : une fois les pistes déconstruites, on peut clairement entendre une deuxième voix sinistre derrière le chant qui répète inlassablement « Gloire à Satan, Lucifer est mon Maître ».

Depuis, il est fortement déconseillé aux personnes menstruées d’élever la voix pendant leur cycle, et même de prendre trop souvent la parole, afin d’éviter que la voix utérine finisse son incantation et provoque l’arrivée d’une armée de démons sur Terre, provoquant ainsi la fin des temps.

3. Avoir des rapports sexuels

Si par le plus grand des hasards vous vous retrouvez face à un-e partenaire qui vous assure pouvoir supporter l’état déplorable de votre corps pendant vos règles suffisamment longtemps pour avoir des rapports sexuels avec vous, vous avez raison de vous méfier. De deux choses l’une : soit il s’agit d’une personne profondément dégoûtante qui prend plaisir à se rouler dans sa propre crasse, qui collectionne ses déjections dans des tupperwares et qui se masturbe devant des vidéos de chevaux qui défèquent, soit vous êtes face à quelqu’un-e de beaucoup, beaucoup plus dangereux.

On le sait : le sang de vos règles a des propriétés maléfiques qui, entre de mauvaises mains, peuvent faire des ravages irréparables. Méfiez-vous donc si la mention de vos menstrues ne suffit pas à repousser les avances de l’être aimé – il pourrait s’agir d’un-e sorcier-e qui cherche l’ingrédient qui manque à son sortilège ou sa potion de mort, et face à un juge, la responsabilité ne pourrait tomber que sur vous et votre imprudence. Ce serait bête de finir en prison à cause de vos règles !

4. Trop manger

Oh, je sais, je sais ! La tentation est si forte ! Cette tablette de chocolat vous fait les yeux doux et vous entendez les grondements sourds de votre utérus qui tente de vous pousser à la faute ! Votre corps et votre esprit pourtant si fragiles ne devraient pas avoir à se battre contre de telles pulsions, vous n’êtes pas fait-e pour ça ! Et pourtant, il va falloir redoubler d’efforts pour ne pas céder, car les conséquences pourraient être terribles et vous pourriez payer cette rechute pour le reste de votre vie.

Il y a quelques années, des scientifiques ont enfermé dix personnes menstruées dans leur laboratoire pour étudier leur comportement afin de mieux s’armer contre cette menace, et ils ont fait une découverte qui a radicalement changé la face du monde. Lorsque les cobayes s’alimentaient, les scientifiques ont pu observer leur estomac tripler, quadrupler et parfois quintupler de taille – une expansion rendue possible par l’action de l’utérus qui, de son côté, étendait ses trompes pour rassembler le reste des organes vers le bas du corps afin de laisser de la place à l’estomac.

Parce que pour continuer à mener sa mission à bien, l’utérus a besoin d’un hôte puissant – c’est pour ça qu’il profite de la période menstruelle pour pousser sa victime au gavage afin qu’elle devienne aussi massive que possible et puisse se dresser de façon plus impressionnante face aux obstacles qui pourraient se dresser en travers de son chemin. Tout le monde sait pourtant qu’une bonne personne menstruée est une personne frêle, faible et qui se fait aussi petite que possible. À vous donc de lutter intelligemment contre cet organe manipulateur en verrouillant placard et frigo lorsque les premières crampes se font sentir.

5. Vivre normalement

Soyons honnêtes deux minutes : prétendre à une vie normale quand on a ses règles est aussi naïf que dangereux. Toute personne sensée sait pourtant bien qu’il existe un réseau souterrain spécialement dédié aux périodes menstruelles – lorsque vous sentez les premiers symptômes venir (dès les premiers signes de syndrome pré-menstruel), ouvrez la trappe qui se situe au point que l’on vous a indiqué lorsque vous avez emménagé dans votre quartier actuel et empruntez le tunnel qui se trouve dessous. Au bout de trois à cinq heures de marche (selon votre état physique), vous pourrez apercevoir quelques torches allumées et, si vous tombez au bon moment, entendre des choeurs liturgiques s’élever au loin.

Suivez ces voix et rejoignez votre clan – vous serez ensuite menée à votre cachot qui vous permettra de rester bien à l’abri pendant toute la durée de vos règles et ainsi vous éviter d’incommoder ceux qui se trouvent à la surface. N’oubliez pas de faire acte de contrition et de vous munir du petit fouet de ronces qui se trouve dans le tiroir de votre table de nuit pour vous infliger vos flagellations quotidiennes.

Et surtout, surtout, restez fort-e-s : vous n’êtes pas votre utérus, vous valez bien mieux que ça.

Publicités

18 réflexions sur “5 choses à ne surtout pas faire pendant ses règles

  1. Aha j’ai adoré ! c: D’ailleurs je crois que tu as oublié de mettre un tiret pour dégenrer au dernier paragraphe du 1er point… ( » (essayez de faire ce test SEUL-E dans un environnement fermé, évidemment). ») ! 😉

    J'aime

  2. Perso, une semaine avant mes règles, j’ai une envie démesurée de fromage (que je mange d’ailleurs), je pense que Satan prend possession de mon corps, véridique! Bravo pour cet article Jack 😉

    J'aime

  3. J’ai rarement lu autant de conneries sur un même article! Il ne faut pas oublier que les scientifiques, majoritairement des hommes sont effrayés par le pouvoir féminin (qui est juste la capacité à se relier à ses émotions, sentiments, son coeur/âme et son corps et bien évidemment à donner la vie…) ils le diabolisent depuis des éons parce que leur propre sexualité les effraie, les fait de dépendre des femmes à ce niveau et ça les fragilise…d’où la prostitution, les voiles, les excisions, les sorcières (des botanistes, herboristes, femmes « médecin »..) au bûcher…La mort, c’est une composante de la vie, les règles un système de régulation physiologique naturel et observer cela avec neutralité, permet de guérir le féminin en soi, l’enfant intérieur, permet aussi, ce qui n’est pas rien, de sortir de la dualité pour aller vers l’unité. Comme la femme se valorise majoritairement dans le rôle de séductrice, on est dans la manipulation, et il est logique que la lutte homme/femme se perpétue…en commençant par s’accepter en totalité, par reconnaitre que nous avons autant de féminin que de masculin en soi, et en ayant le désir sincère de rétablir la paix à l’intérieur, on trouve la paix, l’équilibre, le juste milieu, l’autonomie affective, la joie de vivre, la liberté d’être, la capacité à vivre selon ses aspirations, valeurs…

    J'aime

    • Eh ben, même quand tu penses qu’il y a absolument 0% de chance qu’on te prenne au sérieux, y a toujours quelqu’un-e pour te prouver l’inverse. Et venir faire ce discours sur un blog qui s’intitule Passion Menstrues, c’est vraiment refuser de faire le moindre effort avant de se jeter sur son clavier 🙂 Mais bon, ça m’apprendra à ne pas taguer mes articles en conséqu… ah, attends, si en fait.

      J'aime

  4. Plus sérieusement, est-ce qu’il y a un risque hygiénique, pour l’un et pour l’autre, à faire l’amour pendant les règles, même sous pilule ? Je l’ai souvent fait, j’ai jamais eu de problème, mais on ne sait jamais

    J'aime

  5. Euh..concernant cette expérience menée par des scientifiques, qui laisse entendre le vagin de la chanteuse parler…je suis fortement sceptique, et j’irais même jusqu’à dire que c’est une intox. il faut faire attention, parce qu’avoir l’impression que le vagin parle ou que les modifications qu’il subit influent sur la voix et les cordes vocales est un mythe bien ancré dans la littérature et une partie de la médecine jusqu’au XVIIIe siècle au moins (cette question fait partie de mes sujets de mémoire de recherche de master 1 et 2 de recherche en lettres modernes).

    Je citerais donc plusieurs ouvrages sur le sujet :
    La Fabrique du sexe, Thomas Laqueur
    Les Bijoux indiscrets, Denis Diderot (un sultan tourne un anneau qu’un génie lui a donné en direction d’une femme et hop son « bijou », c’est-à-dire son vagin, se met à parler et à révéler tous ses secrets intimes)
    Eléments de physiologie, Denis Diderot (il écrit un article sur une jeune fille, qui, après avoir perdu sa virginité, est devenue muette à cause du traumatisme vaginal…bon mais moi je pense que ce n’est pas un cas physiologique, ni médical, mais un cas psychologique : son premier rapport sexuel a été traumatisant, et plus que pour d’autres femmes, et pour des raisons qu’on peut imaginer, sans être sûr(e)s de ce qui s’est vraiment passé).

    J’aimerais bien avoir le compte-rendu de cette expérience menée sur la chanteuse lyrique (je suis chanteuse lyrique moi-même).

    D’autre part, je viens de découvrir ce site internet et j’en suis heureuse, notamment pour ce que j’y ai lu sur les cups mentruelles et autres articles…par contre, il faut être attentif à citer les sources de ce qu’on avance, si jamais on se base sur des analyses scientifiques ou sur des articles.

    J'aime

  6. Franchement je m’attendais a un article sérieux sur le sujet mais j’ai été agréablement surprise j’ai totalement adoré !! Merci pour ce fou rire!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s