Témoignages : Quelle relation entretiens-tu avec tes règles ? #1

tumblr_meavnaURPj1rejiyho1_400

(Source : Deliquentwreck)

Entre l’éducation, l’influence de la société, de nos pairs et nos caractéristiques personnelles, nous n’avons clairement pas tous-tes la même relation avec nos règles. C’est pour ça que je vous ai demandé de me parler de votre rapport aux menstrues, de la façon dont vous les appréhendez aujourd’hui, si elle est différente d’hier, si vous avez du mal ou si au contraire vous les célébrez.

Voici trois premiers témoignages dans lesquels vous vous retrouverez peut-être – et si ce n’est pas le cas, vous pouvez attendre de lire les prochaines éditions ou m’envoyez votre propre témoignage. Libre à vous de choisir l’angle qui vous parle le plus : ce qui fait que vous pensez ce que vous pensez aujourd’hui, les gens qui ont eu une influence sur la façon dont vous voyez et vivez vos règles, le chemin que vous avez parcouru et le travail que vous avez effectué sur vous-même à ce sujet…

Bref, faites-moi part de votre expérience et profitez-en ainsi pour rassurer celles et ceux qui vivent peut-être les choses comme vous mais qui pensent être seul-e-s dans leur cas.

1. « Je n’ai pas honte de mes règles, j’en parle librement » – Clémence

Je suis très heureuse et sereine avec mes règles maintenant. J’ai eu la chance de tomber sur des garçons formidables dans ma vie sur ce sujet, et aussi bizarre que cela puisse paraître ce sont eux qui m’ont réconciliée avec mes règles. Il n’y a jamais eu aucun dégoût de leur part sur ce sujet, pour eux ça n’a toujours été « que du sang ».

Je sais que j’ai eu de la chance de rencontrer des garçons ouverts car lorsque j’en parle avec mes amies, certains de leurs copains sont toujours très puérils à ce propos, et ne veulent rien en savoir. J’en parle librement, je fais des blagues, je partage beaucoup sur ce sujet avec mon copain actuel.

Je suis passée à la coupe menstruelle depuis peu et j’en suis plus que ravie. J’ai eu l’impression de vivre une mini révolution (ayant eu un passé de cystites à répétition j’ai accueilli ce petit objet comme le messie). Mon mec est très curieux de la cup et trouve l’objet marrant, il a voulu la voir quand je l’ai reçue.

Je n’ai pas honte de mes règles, j’en parle librement mais pas partout et pas avec n’importe qui. J’ai des amies encore très pudiques sur ce sujet, et des amis hommes qui le sont tout autant… Je trouve ça dommage ! anigif_enhanced-28486-1410818474-3

2. « Au début j’étais contente d’avoir mes règles, mais ça m’a très vite blasée » – Alexandra

Au début j’étais contente d’avoir mes règles, je me sentais plus grande. Mais ça m’a très vite blasée. En fait, comme beaucoup de personnes réglées, je n’ai pas un cycle régulier. Anticiper était alors impossible pour moi, je pouvais avoir mes règles pendant 5 jours, puis plus rien pendant un mois, 5 jours à nouveau et plus rien pendant 3 mois. J’ai eu cette galère de mes 14 ans à mes 17 ans car à cet âge est arrivée ma grande amie : la pilule. J’ai donc à présent la joie de pouvoir prévoir mes règles et parfois je prends 2 plaquettes à la suite pour être tranquille (pendant les grandes vacances par exemple).

Avant je trouvais mes règles gênantes, dans le sens où devoir vérifier qu’on ne risque pas la fuite était parfois compliqué selon l’endroit où j’étais. Depuis quelques temps j’utilise la cup et je dois avouer que ça me sauve la vie ! Je suis tranquille pendant une bonne dizaine d’heures, c’est parfait. Je ne suis absolument pas écœurée par mes règles, quand j’enlève ma cup j’en ai souvent sur les doigts du coup, et ça ne me gêne pas du tout.

Je trouve ça super énervant quand un garçon fait une réflexion comme quoi c’est dégueulasse (certaines filles le font aussi, je trouve ça triste.) J’ai de la chance car en période de règles je ne suis pas plus émotives ou plus fatiguée. Le premier jour je peux avoir très mal au bas ventre et en bas du dos mais c’est tout, ce qui me permet de vivre presque comme si elles n’étaient pas là. giphy

3. « J’ai toujours eu une relation très conflictuelle avec mes règles » – Morgane

Du 14 juillet où elles ont débarqué jusqu’à aujourd’hui, j’ai toujours eu une relation très conflictuelle avec mes règles. Je leur en veux pour la douleur qu’elles m’infligent de façon toujours aussi irrégulière (même après 12 ans, c’est toujours aussi aléatoire) et en même temps, je suis reconnaissante de les avoir, quelque part.

C’est très compliqué parce que pendant très longtemps, j’ai voulu être un garçon. Quelque part, j’ai toujours envie d’en être un aujourd’hui mais les hommes, d’une façon générale, ont très gravement diminué dans mon estime et j’apprends à aimer mon genre, mon statut de femme. Mes règles sont un rappel constant que j’en suis une et pour ça, je suis indécise quant à ce que j’éprouve pour elles.

Je suis énervée aussi, quand elles sont là et que ça devient le bordel dans mes shorty, entre les tampons, les serviettes, la chaleur de l’été ou le frottement des jeans glacés l’hiver. Je déteste, littéralement, l’inconfort qui vient avec. Outre l’équitation, je pratiquais assidûment la natation avant, en compétition même. Je faisais des concours et des compétitions, j’avais un excellent niveau… Et le jour où mes règles sont arrivées, ça a foutu en l’air ma confiance. J’avais un peu peur d’avoir une fuite en plein milieu de la piscine et même quand je ne les avais pas, je n’étais plus aussi à l’aise qu’avant.

C’est triste, c’est dommage mais quelque part, c’est comme ça. Aujourd’hui, je n’ai plus ce complexe là (maintenant, ce sont les poils qui m’emmerdent). Mais je me dis que, le jour ou j’aurai des enfants, je changerai de regard sur mes règles. Parce que si à 12 ans, j’attendais avec impatience la ménopause, je suis maintenant âgée de 23 ans et de plus en plus, je me retrouve à avoir des envies de mômes. Je me fais rire toute seule, j’ai toujours juré que je n’en aurais pas et que je finirais seule avec 36 chats, des chevaux, des chiens et une ferme perdue dans l’arrière pays anglais.

*****

[Note de rappel pour les prochains témoignages : les femmes ne sont pas les seules à avoir leurs règles, certains hommes trans, ainsi que les personnes non-binaires, les ont également. Il est donc important de faire attention à son vocabulaire et à éviter de parler de « trucs de femmes », « comme toutes les femmes », « devenir une femme », etc… C’est la raison pour laquelle j’accorde systématiquement mes articles de façon mixte pour n’exclure personne. Malheureusement, dans le langage commun, cette notion n’est pas encore reconnue et nous sommes donc tous-tes habitué-e-s à voir les règles comme un « truc de meuf », alors que ça va au-delà de l’identité féminine.]

Publicités

6 réflexions sur “Témoignages : Quelle relation entretiens-tu avec tes règles ? #1

  1. C’est vrai que ça fait du bien d’avoir enfin un média libre sur le sujet, avec de chouettes témoignages pour ancrer tout ça « dans le réel ». Quelqu’un pourrait-il en revanche me rappeler ce qu’est une personne non-binaire?

    J'aime

  2. En lisant ta note de fin, je me suis rendue compte que dans le témoignage que je t’ai envoyé (ainsi que dans la vie en général), j’évoque souvent les règles comme étant quelque chose de « féminin ». Et c’est effectivement très excluant pour les autres. J’y ferai donc attention par la suite 🙂

    J'aime

  3. Je ne savais pas du tout que certains hommes trans, ainsi que les personnes non-binaires, pouvaient également avoir leurs règles ! D’autant plus que je ne connaissais pas le terme « personne non-binaire » ^^
    C’est super intéressant comme façon d’aborder le sujet, et surtout d’y consacrer entièrement un blog ! Je l’ai mis de suite dans mes favories 8D je compte du coup répondre aux séries de questions que tu as posté sur ton tumblr !
    Des petits articles à grignoter comme des petits biscuits en somme, tellement c’est un plaisir de les lire ^o^

    J'aime

  4. […] Après une première édition fort intéressante, je retournée fouiller dans les témoignages que j’ai reçus pour vous dégoter trois nouvelles réponses à la grande question « Quelle relation entretiens-tu avec tes règles ? », qui, personnellement, me fascine beaucoup tant les réponses diffèrent. Cette fois, ce sont les histoires de Perrine, Sophie et Célia qui sont à l’honneur – encore merci à elles pour leur participation ! […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s