Oui, je suis irritable pendant mes règles, et alors ? – Le témoignage d’Amandine

Amandine est sujette aux changements d’humeur quand elle a ses règles, et après avoir longtemps culpabilisé, elle a décidé de l’assumer. Voici son témoignage.

d1624525094993.563416b65f2c2

© Parker Jones

Si le fameux Syndrome Pré-Menstruel n’est pas une réalité pour toutes les personnes qui ont leur règles, il ne faut pas pour autant nier son existence. Amandine le connaît bien, et elle raconte son expérience, entre irritabilité et douleurs paralysantes.

✿✿✿✿✿

J’ai longtemps pensé que je devais nier en bloc le fait qu’à l’approche de mes règles, je devenais plus ou moins irritable : de l’agacement un peu plus prononcé à la tornade en furie au moindre petit couac.

Après tout, les personnes qui ont leurs règles ne devaient-elles pas s’être affranchies de cette condition naturelle pour entrer dans l’ère moderne où elle serait complètement maîtresse de leurs émotions et de leurs humeurs ? C’est ce que je croyais et je m’efforçais tant bien que mal de correspondre à ce modèle.

Le syndrome prémenstruel, ou quand tes hormones dirigent le monde

La vérité, c’est que depuis que je me suis fait poser un DIU au cuivre et que je suis revenue à un cycle tout à fait naturel, j’ai la chance d’avoir un syndrome prémenstruel plutôt marqué.

En général, ça commence par la poitrine, qui gonfle et qui devient parfois très douloureuse, au point de ne plus supporter le contact d’un T-shirt. Ensuite, viennent les crampes à l’utérus, plus ou moins irrégulières, qui me stoppent parfois net quand je marche dans la rue et me force à m’accroupir. Enfin, je me rends compte que je pleure ou que je m’énerve pour des choses pour lesquelles je garde d’habitude mon calme.

Pour vous donner un exemple, j’ai fondu en larmes un jour ou mon copain me proposait d’aller au cinéma à la séance de 14h00 quand je préférais prendre mon temps pour y aller plus tard. À ce point-là, il devient inutile de le nier : OUI, l’arrivée imminente de mes règles me rend beaucoup plus sensible qu’à l’ordinaire (sachant que je suis déjà de nature hypersensible).

giphy

Les règles, où quand la douleur te fait perdre la tête

Après ce cher syndrome prémenstruel viennent les menstrues elles-mêmes et avec elles l’irritabilité des cinq derniers jours s’éloigne.

Mais (car oui, il y a un mais, sinon ce ne serait pas drôle), elle est très vite remplacée par les douleurs. Les douleurs au ventre d’abord, ces contractions non-stop qui me lancent parfois des genoux aux épaules, qui bloquent mon transit et me filent une diarrhée des enfers (pour le glamour on repassera). Les maux de tête ensuite, qui arrivent invariablement le second jour et m’ont souvent obligé à prendre une journée pour dormir dans le noir.

Certes, le pic hormonal est passé et mon humeur est stabilisée, mais grâce à cet ensemble de douleurs, je reste très facilement irritable.

Imaginez-vous avoir un mal de tête carabiné associé à des crampes au ventre pendant deux jours non-stop, comment seriez-vous ? Un peu d’indulgence.

Ce que je vis, je ne suis pas la seule à le vivre, tous les mois. Si on prend l’ensemble du cycle, ça fait 6 jours dans le mois où il ne faut pas me chercher. Même en le sachant, c’est très difficile à maîtriser et c’est une période où je m’excuse très souvent auprès de mon cher et tendre après m’être un peu trop énervée contre lui. Autre chose : je m’énerve plus facilement, mais c’est souvent pour des choses sur lesquelles je tilte sans le dire en dehors de cette période. Ce n’est jamais complètement injustifié.

Ce que j’aimerais, c’est avoir un peu plus d’indulgence face à ce que je considère comme une épreuve, quelque chose que je redoute tous les mois en me demandant si je ne vais pas trop péter un câble, si je ne vais pas avoir trop mal, si je vais pouvoir travailler correctement. Oui je suis plus irritable, mais dans ces conditions, qui ne le serait pas ?

giphy (1)

« Elle est de mauvaise humeur, elle a ses règles »

La dernière chose qui me tient à cœur, c’est cette fameuse réflexion qui ramène invariablement nos humeurs à nos règles. Le fameux « elle a ses règles » quand je dis un mot plus haut que l’autre. Alors oui, je m’énerve plus facilement quand j’ai mes règles mais je le reconnais à la seconde où je m’en rends compte et surtout, ce n’est pas parce que je m’énerve que j’ai mes règles ! Comme dit plus haut, je m’énerve plus intensément quand j’ai mes règles, mais je m’énerve aussi pas mal en dehors. Ramener la colère des femmes au seul un phénomène hormonal m’exaspère profondément, comme si cela invalidait nos arguments.

Pour reprendre mon exemple de tout à l’heure. Sans mes règles, j’aurais peut-être élevé un peu la voix pour dire à mon conjoint que je n’avais pas du tout envie de me presser pour aller au cinéma plus tôt. Avec mes règles, j’ai fondu en larmes. MAIS, l’argument derrière ces façons de le dire reste le même : je n’avais pas envie de me presser.

Si je suis plus démonstrative pendant cette période, cela ne veut pas dire que le fond de ma pensée est sans importance ou dénué de sens.

Merci à ceux qui le comprendront !

– Si vous avez également envie de témoigner, de me parler de votre SPM (ou d’autre chose), envoyez un petit mail à passionmenstrues@gmail.com !

Publicités

5 réflexions sur “Oui, je suis irritable pendant mes règles, et alors ? – Le témoignage d’Amandine

  1. Eh ben. J’en ai chié pendant 24 ans, avec des douleurs à tomber dans les pommes comme si des griffes m’arrachaient le bide pendant les premières 48h de mes règles, mais je n’ai jamais eu de migraines, ni trop de changements d’humeur. Maintenant je prends la pilule en continu.
    Bordel que je compatis à ta douleur!!
    Pour ma part, déclarer un très élégant « j’ai mes règles » m’a souvent servi à éloigner des relous et faire passer ma mauvaise humeur naturelle pour un effet hormonal. C’est mal, je sais! Mais teeeeeellement efficace…

    J'aime

  2. Merci pour ce bel article !

    Cet article m’a permis de faire cette constatation sur moi même :
    Sans rien : irritabilité SPM > irritabilité règles
    Avec DIU cuivre : règles > SPM
    Avec pilule : TOUT LE TEMPS SUR LES NERFS PUTAIN (pardon)

    Pour éviter les douleurs de ouf sous DIU cuivre, essaie de prendre 1 jour avant tes règles de l’ibuprofen 200mg, puis 400mg pendant les 2 premiers jours… C’est de la magie pour ma part ! Pourtant j’avais les même douleurs que toi : très fortes qui irradient vers le haut et le bas, besoin de s’accroupir pendant quelques minutes le temps que ça passe… Faut juste pas oublier de le prendre AVANT d’avoir mal 🙂

    Je vais me renseigner pour savoir s’il est possible d’imprimer des étiquettes transparentes comme celles des magnifiques pots de glace qui illustrent l’article… Comme ça tu le met sur un pot XXL et tu l’imprime de la même couleur que ton plaid fétiche, c’est trop la classe quand même…

    J'aime

  3. Mon adorable gyneco vient de me prescrire une pillule à prendre en continu où les horribles menstruations ne viennent que tous les trois mois. Cela change la vie!! Plus d’appréhension de la mauvaise semaine.

    J'aime

  4. j’ai dit à mon super médecin que j’était totalement dépressive avant que mes regles arrivent. super dépressive genre je pleure pour une vidéo de chat, pour un mot plus haut que l’autre, pour un sdf dans la rue, pour un oubli de bonjour. Il m’a dit de prendre des aspirines. Je suis rentrée chez moi, pis j’ai fondu en larme.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s