La Gazette des Menstrues #3

Que s’est-il passé cette semaine dans le joli monde des règles ? La réponse en quelques liens. 

CI46Y--WoAAqvdZ

Eh, ça va vous ? Moi ça roule, j’ai jamais été aussi productive pendant mes règles, j’ai l’impression d’être une super-héroïne avec un utérus en pleine guerre civile.

Cette semaine, Rihanna a enfin sorti son clip pour Bitch Better Have My Money et sans surprise je l’ai déjà regardé environ 158 fois depuis (pour ceux qui débarquent et qui ne me connaissent pas encore très bien : Rihanna est ma femme, mon tout, mon univers, ma religion, ma raison de vivre) (je déconne à peine).

Voila voilà, c’était pour le petit interlude musical.

Cette semaine je n’ai pas trop croulé sous les liens et les news, donc ce sera assez court, mais pas inintéressant pour autant.

✿ La joueuse de tennis tchèque Petra Kvitova a parlé des difficultés rencontrées par les joueuses qui ont leurs règles pendant les entraînements ou les compétitions en déplorant que le sujet ne soit jamais abordé. Sans surprise, le sujet n’a été repris que par une petite poignée de médias français.

✿ La jeune femme qui tient le blog « Règles, flux libre, menstruations et autres luneries » m’a envoyé une petite vidéo qu’elle a réalisée sur l’art menstruel et son rapport aux règles, et c’est très chouette (à ne pas regarder si vous n’êtes pas encore prêt-e-s à voir le sang menstruel d’une autre personne en vidéo).

✿ Au Bengladesh, 40% des filles sèchent les cours pendant leurs règles, parce qu’elles n’ont pas accès à des toilettes en bon état de marche.

✿ Un article fraîchement traduit sur Slate France nous parle de tous les bienfaits écologiques, économiques et féministes de la coupe menstruelle.

En encourageant les utilisatrices à interagir avec leur corps pendant leurs règles, la coupe joue un rôle subtil mais essentiel dans la normalisation de la menstruation. Très jeunes, les filles reçoivent des messages leur suggérant que les règles sont des choses honteuses, gênantes et sales. Au cours d’une étude, les chercheurs ont interrogé des dizaines de filles sur leur ressenti des règles et ont découvert qu’elles les considéraient comme une «crise hygiénique» qu’il fallait régler en toute discrétion. Dans une autre étude, où ils ont sondé des Australiennes de 11 et 12 ans, les chercheurs ont découvert que 73% d’entre elles étaient d’accord pour dire que «ça ne se fait pas de dire qu’on a ses règles» tandis que 67% trouvaient que «les règles sont quelque chose d’embarrassant».

✿ Ma copine Amandine m’a signalé un passage de Vernon Subutex 2 de Virginie Despentes sur Twitter :

Et ça m’a rappelé cette petite vidéo :

✌ C’est tout pour cette semaine, bon dimanche à tous-tes ! ✌

Publicités

3 réflexions sur “La Gazette des Menstrues #3

  1. Oh le passage de Virginie Despentes. C’est une jolie claque de réalisme, quand même. Parce que oui, y en a qui sont obligés de porter les deux et c’est juste infernal … comme expliqué dans le passage, en fait. Je radote.

    Je compatis avec la joueuse de tennis cela dit, personne ne parle jamais de ça … C’est pareil pour ceux qui font de l’équitation, faire du trot enlevé quand on a ses règles, c’est juste … Voilà.

    Merci pour l’article ♥

    J'aime

  2. Ouais bon, on va dire que la coupe menstruelle est ce qu’il existe de plus « high tech » à l’heure actuelle.. Je l’ai testée, et, à mon grand malheur, j’ai un flux bien trop abondant, la coupe débordait la nuit! Et ce n’était pas que je l’avais mal mise, vraiment, rien que de la presser un peu pour la retirer, je faisais un remake de Carrie dans ma salle de bains à 2h du matin. Je suis donc repassée aux bonnes vieilles serviettes hygiéniques, mon gentil vagin n’acceptant plus les tampons depuis le passage de ma descendance.. En soit, les règles ne sont pas plus gênantes que ça, c’est juste, que, comme le souligne Virginie Despente, l’arsenal de protections à notre disposition est plus que limité : tampons, serviettes, coupe, point barre.

    Ceci dit, histoire de passer du coq à l’âne, certains dispositifs de contraceptions permettent de ne plus avoir ses règles, ce qui peut être utile pour les sportives de haut niveau, car, effectivement, on peut se sentir affaibli-es pendant cette période.. (voir le blog de Martin Winckler qui l’explique très bien).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s